Auf dem Tisch im Herrenzimmer liegt ein aufgeschlagenes Musterbuch, in dem sich zahlreich Stoffmuster befinden.
Sie befinden sich hier:

Le musée

Un habitat luxueux et des tissus fins en un même lieu

La Rotes Haus, construite par le fabricant de tissus Johann Heinrich Scheibler vers 1760, réunit depuis toujours habitation et travail sous un même toit. La partie du site appelée « Zum goldenen Helm » (« Au casque d’or ») servait de maison représentative pour lui-même et sa famille ; alors que la partie « Zum Pelikan » (« Au pélican ») de la maison été dédiée au commerce et la production de son tissu de laine fin convoité dans toute l’Europe.

Six générations de la famille Scheibler ont utilisé la maison pendant plus de 200 ans et ont préservé son histoire. En 1963, ils fondent avec la Landschaftsverband Rheinland (LVR) une fondation pour préserver, agrandir et rendre accessible au public ce monument unique en son genre.

La partie « Au casque d’or »

Décorée avec des meubles de style rococo, Louis-seize et de l’Empire, la partie de la maison où la famille a vécu reflète brillamment la réussite de cette dynastie de drapiers.

L’accueil au rez-de-chaussée et la cuisine dans la cave

Les murs marbrés, les lustres en cristal et les miroirs dorés créent une entrée impressionnante. Le précieux papier peint sur toile dans la chambre de maître avec une fausse galerie de peinture ou le service de mariage avec des armoiries de famille sur la table de fête dans la salle à manger attirent les regards. Même la cuisine de la cave brille avec ses chaudières en laiton et en cuivre fraîchement polies.

Le grand escalier unique

La cage d’escalier ouverte de l’escalier en chêne de l’époque rococo offre une vue vertigineuse. Construit en porte-à-faux avec un mouvement élégant, il vous emmène vers les étages supérieurs. Sur la balustrade extérieure, le maître d’ouvrage a fait intégrer 21 motifs réalisés avec le plus grands soin pour représenter les étapes de fabrication de son tissu.

La vie sociale au 1er et l’intimité de la chambre au 2e étage

Des salons avec des portraits de famille et des ensembles de fauteuils nobles au premier étage, un petit cabinet avec du papier peint paysager – en particulier la grande salle de fête inondée de lumière avec un plafond en stuc recouvert de roses et un parquet laissent supposer une vie sociale animée. Des chambres aux lits somptueux, des berceaux et des chaises pour enfants, un lavabo et un bidet permettent de découvrir l’espace de vie privé de la famille au 2e étage.

Vergoldeter Helm mit Federn über dem Eingang zum Hausteil der Familie. Darunter befindet sich der Schriftzug "Zum goldenen Helm".

Entrée de la maison « Au casque d’or ». © Willi Filz

La partie « Au pélican »

Quatre nouvelles salles thématiques sont consacrées à la fabrication complexe des tissus de Monschau du 18e siècle, l’importance de la famille et de sa maison comme centre de production et de commerce.

Histoire – La famille et la Rotes Haus

Dans l’Eifel, majoritairement catholique, les membres de la classe supérieure protestante des fabricants de tissus fins se mariaient entre eux. Les portraits grandeur nature et les objets personnels éclairent aujourd’hui de manière impressionnante le contexte social de cette famille extraordinaire et son réseau économique fort lié par la parenté.

Une maquette de la Rotes Haus, qui peut être observée de tous les côtés, donne un aperçu des différents espaces de vie et de travail et permet de découvrir des particularités architecturales telles que le tracé des canalisations dans les sous-sols.

Beaucoup à faire – La fabrication de tissu à la main et à domicile

Les motifs uniques des étapes de travail du grand escalier historique ont été réimprimés en trois dimensions à l’aide des technologies les plus modernes. À travers eux, le chemin complexe de la laine au tissu peut être compris en détail. Vous apprendrez à quoi servaient de curieux additifs tels que l’urine ou les chardons. Un livre de teinture de laine révèle les recettes secrètes des couleurs. L’un des éléments phares est une grande paire de ciseaux originaux, dont la manipulation est aujourd’hui difficile à imaginer. Si vous voulez sentir la qualité des tissus de l’époque, vous pouvez en faire l’expérience sur des pièces élaborées et tissées à la main.

Les nombreux ouvriers nécessaires travaillaient à domicile non seulement à Monschau, mais aussi dans les environs – souvent dans des conditions très peu spacieuses et pauvres. Certains postes de travail – tels qu’un métier de tissage ou un atelier de tissage – sont mis en scène de manière efficace par des systèmes de visionnage stéréoscopiques. Un graphique mural explique le système d’édition complexe des fabricants de tissus fins de Monschau.

Le luxe à l’état pur – La mode, des modèles, une activité mondiale

Avec plus de 5 500 motifs de tissus différents, le carnet d’échantillons historique des fabricants de tissus fins de Monschau et le livre de la société Scheibler, qui peut être déroulé sur douze mètres, vous transportent dans le monde coloré des tissus de laine nobles. Une station média permet de feuilleter numériquement une sélection de pages. Des motifs individuels peuvent être projetés sur une figurine sous la forme d’un gilet.

Les fabricants de tissus fins de Monschau vendaient leur tissu exclusif dans toute l’Europe et au-delà. Les matériaux nécessaires à la fabrication, tels que la laine mérinos espagnole ou les colorants, ont également dû être importés de loin. Un graphique mural montre les voies de transport, les moyens de transport et les temps de déplacement pour les transports de marchandises avec l’exemple de la société Scheibler vers 1800. Il illustre l’énorme effort qu’un tel réseau commercial mondial représentait à l’époque.

Monschau et au-delà

Un écran qui se déplace le long d’une ligne temporelle présente numériquement l’évolution de la ville de Monschau. De l’apogée de la manufacture de tissus à l’industrialisation, puis au déclin et au lieu de tourisme actuel, l’état de la ville peut être observé à travers des graphiques, des peintures et des cartes postales.

On peut suivre les traces actuelles des fabricants de tissus de la ville avec des vues ciblées à travers des lunettes de vue sur la terrasse de la maison ou les suivre au-delà de Monschau en regardant de courtes vidéos sur la route de la laine de l’Eurorégion Meuse-Rhin.

Le royaume de l’eau – la cave énigmatique

Baignée de lumière bleue, cette salle est consacrée au thème de l’eau, si importante et particulièrement douce à Monschau, utilisée pour la fabrication des tissus lors du lavage, de la teinture et du moulage. Cet espace a longtemps été appelé « la cave de teinture », mais entre temps, les recherches ont amené à douter de l’utilisation effective de cet espace pour la teinture. C’est pourquoi elle sert d’exemple de l’atmosphère et des conditions de travail pour le lavage de la laine qui se déroulait à la Rotes Haus. L’impression d’espace exigu, le bruit de la rivière qui passe, l’aperçu des anciennes canalisations et les graphiques historiques animés avec un collage sonore réaliste font de la visite de la cave une expérience particulière.

Vergoldeter Pelikan, der seine Jungen füttert. Befindet sich über dem Geschäftshaus.

Entrée de la maison « Au pélican ». © Willi Filz

La cave voûtée sous le parvis peut être visitée dans le cadre d’une visite guidée. Veuillez vous informer à ce sujet auprès du personnel à la caisse lors de votre visite.